Genèse d’un petit monstre

Le « téléphone intelligent » ou « ordiphone » est né, il y a quelques années, de la rencontre improbable, d’un téléphone, d’une lampe torche, d’un calendrier, d’un chronomètre, d’une boussole, d’une télévision, d’un mange disque, de milliers de jeux de société, d’un appareil photo, d’un porte document, de livres en tous genres, d’une caméra vidéo, d’une montre, d’une station météo, de dizaines de télécommandes, de machines, à calculer, convertir, simuler, visualiser, torturer l’information jusqu’à ce qu’elle parle, d’albums pour petits et grands, d’outils divers pour faire circuler les images et les mots plus vite que le vent, d’instruments de musiques, de carnets de bord et de carnets notes, de listes de courses, d’amis, de confrères, d’animaux, d’un cinématographe portable, d’une liseuse de document, de radars variés, d’engins pour pêcher les informations, d’ustensiles pour les trier, les ranger, les partager, et caetera